En dehors de l’aspect financier, le gaspillage alimentaire et l’accumulation de déchets sont de véritables fléaux pour notre planète à la fois pour l’épuisement de nos ressources qui se renouvellent moins vite que nous les consommons mais également en termes de pollution puisque beaucoup de nos déchets se retrouvent en pleine nature et dans les océans.

S’il existe bien la solution du recyclage pour donner une seconde vie à nos déchets, une grande partie n’est tout simplement pas recyclable, ce qui n’empêchera donc pas l’accumulation et n’est donc pas une solution à part entière.

Alors la meilleure solution pour notre santé, ainsi que celle de notre planète est d’adapter nos modes de vies de manière à réduire significativement la quantité de déchets que nous produisons chaque année, fort heureusement la prise de conscience à ce sujet prend de plus en plus d’ampleur chaque année.

déchets plastiques

Réduire les déchets en changeant de petites habitudes

Si à notre échelle la quantité de déchets produits peut paraître dérisoire, à une échelle nationale tout en durant dans le temps la quantité de déchets peut rapidement devenir astronomique.

C’est pour cette raison que les plus petits gestes sont les plus importants comme le fait de ne plus consommer d’eau dans des bouteilles en plastiques en buvant l’eau du robinet chez soi et en utilisant une gourde en déplacement, en plus de réduire les déchets plastiques vous préservez votre santé des différents polluants récemment découverts dans l’eau des bouteilles en plastique.

Les produits jetables sont également à éliminer de tout mode de consommation, un pas est déjà franchi dans ce sens puisque dans quelques années, nombreux de ces produits ne seront plus autorisés comme c’est le cas des pailles, gobelets en plastique et autres qui ne sont d’ailleurs pas recyclables.

L’un des éléments les plus difficiles dans le monde actuel mais qui serait très efficace, serait d’arrêter de remplacer des objets fonctionnant très bien, il n’y a pas de nécessité mais nous sommes nombreux à le faire avec notamment la technologie, combien de personnes conservent un téléphone portable au minimum 2 ans ?

Leur durée de vie est pourtant supérieure, cela n’empêche pas aux constructeurs d’avoir vendu 1,5 milliard de smartphones en 2017 alors que nous savons pertinemment que leur production et consommation massive est source d’une quantité de déchets à en donner le vertige, d’autant plus que leur production reste extrêmement polluante. Dès lors que nous n’utilisons plus ces produits électroniques, il est important de les déposer au parc à conteneurs afin qu’ils soient traités et recyclés convenablement.

Comme nous en avions parlé dans notre article portant sur le sujet, le gaspillage alimentaire est à réduire, puisque les Français jettent directement près de 30kg de produit alimentaires à la poubelle, dont une partie uniquement pour la date de péremption qui n’empêche pourtant pas leur consommation, le fait de vérifier soi même si le produit est consommable avant de se fier à la date de péremption réduirait significativement la quantité de déchets produits.

De plus, il est important de responsabiliser sa consommation afin de ne pas acheter plus que ce l’on peut consommer afin de jeter les excès du réfrigérateur et les restes dans les assiettes.

C’est une évolution de nos habitudes que nous ont permis les grands distributeurs en évoluant leurs services de ventes, consommer dématérialisé. En effet, à l’heure actuelle une grande partie des ventes de CD, DVD, jeux, livres et autres produits sont disponible à la vente dématérialisée, ce qui permet d’obtenir un produit numérique et permet d’éviter la production de déchets liés à leur support et emballages.

Louer, acheter reconditionné ou d’occasion, beaucoup d’appareils que nous achetons sont achetés et dédiés à servir qu’un nombre très limité de fois, la solution plutôt que d’acheter un produit inutilement pour effectuer la tâche serait de louer l’outil le temps dont on a besoin, de nombreux sites proposent cette méthode afin de limiter et responsabilisé la consommation selon nos besoins.

Pour ce qui est d’un achat, l’offre d’occasion et de reconditionné est remplie d’offres avantageuses en termes de qualité prix, permettant une seconde vie aux appareils sans qu’il soit nécessaire d’en produire un nouveau qui ferait le même travail à prix plus couteux.

Il existe de nombreux autres petits gestes permettant de limiter la quantité de déchets, ceux présentés ci-dessus, respectés à grande échelle permettraient déjà de réduire significativement la quantité de déchets produits.

Les poules, la solution !

Il y a de plus en plus de villes qui se lancent dans une opération un peu originale, faire adopter des poules !

C’est ce qu’expérimente Versailles depuis 2016, deux poules sont confiées à 200 familles volontaires qui s’en occuperont afin de réduire leurs déchets.

Cela peut paraître surprenant mais les poules peuvent picorer jusqu’à 150 kg de déchets organiques chaque année qui représentent à eux seuls 40% près de 40% des déchets ménagers résiduels.

Puisque les poules consomment de nombreux déchets organiques, cela fait moins de déchets à récupérer et traiter, ce qui permet une réduction des dépenses en traitements de déchets pour les villes et permet donc une économie en plus de réduire la prolifération des déchets.

En cadeau supplémentaire, les poules pondent des œufs qui permettront à leur propriétaire de consommer un produit dont ils connaissent la source et dont la qualité sera certainement meilleure.

Bien entendu dans les villes de tests il faut remplir ces quelques critères pour permettre aux poules une vie confortable :

  • Disposer d’un jardin
  • Fournir un poulailler
  • S’engager à s’en occuper et bien les traiter (cela va de soi)
  • Résider dans la commune de pratiquant l’opération

Recyclage et valorisation des déchets

La réduction des déchets et la réutilisation sont les deux procédés les plus efficaces pour en réduire la quantité, ils sont suivis par le recyclage et la valorisation des déchets.

L’inconvénient du recyclage est que cela ne concerne que certains déchets en particulier et le recyclage nécessite de l’énergie et donc un coût assez élevé pour créer des produits d’une valeur au mieux équivalente et généralement inférieure, le tout en nécessitant un apport de matières neuves afin de les produire.

Les techniques de recyclage les plus courantes sont :

  • La fibre de bois récupérée dans de dieux papiers et cartons participant à la nouvelle production de papier, cartons, journaux, livres, et de nombreux autres produits à base de papier.
  • Le polyéthylène téréphtalate et polyéthylène haute densité, les deux se trouvent dans différentes bouteilles et flacons plastiques, le premier peut être réutilisé pour la production de nouvelles bouteilles et flacons, en différents pots, et autres récipients plastiques. En prime, il peut être aussi utilisé dans le textile pour la création de matelas, manteaux, laines, etc… Tandis que le second est utilisé dans le cadre de création de tubes, tuyaux, différents câbles ; bobine, poubelle, etc…
  • L’acier des canettes et conserves, il est refondu pour être utilisé dans la production de nouvelles cannettes et conserves, pièces de voitures, dans des produits électroménagers et autres…
  • La pulpe présente dans les cartons à boissons est utilisée pour fabriquer des papiers ménagers et absorbant et différents emballages en papier.

Tandis qu’il y a deux types de valorisation dans le cas de matières non recyclables :

Il y a la valorisation biologique pour les matières organiques que n’auraient pas consommées les poules !

Les différents déchets de cuisines peuvent être utilisés pour produire du biogaz dans le cadre de la méthanisation.

Tandis que les déchets provenant du jardin sont compostés pour être transformés en engrais naturels pour les potagers.

La seconde valorisation est la valorisation énergétique qui s’occupe des déchets qui ne peuvent pas être recyclés ou réutilisé dans une des précédentes méthodes, il s’agit alors de brûler ces déchets dans de grand incinérateurs afin qu’il soit produit de la chaleur et permettre à des turbines de fonctionner pour transformer cette chaleur en électricité.

 

Il existe de nombreuses méthodes pour réduire nos déchets, et malgré l’utilisation de ces méthodes il restera toujours des déchets dont on ne pourra définitivement se débarrasser, et pour cette raison ils finissent enfouis et si ce n’est le cas nous les retrouvons dans la nature, dans les deux cas c’est réellement problématique, alors quitte à avoir de nombreux déchets qui s’accumulent faute de méthode de réutilisation, n’y ajoutons pas ceux qui peuvent actuellement être utiles.