Comme nous avons pu le voir, la guerre contre le gaspillage et notamment celui dû au suremballage fait rage, et puisque les grandes enseignes du commerce ne semblent pas ou peu concernées, c’est des locaux que l’initiative est lancée : Drive tout nu

Drive tout nu

Produits locaux, bios et qui produisent 0 déchet

Le drive est un concept que nous connaissons déjà, mais cette fois ci à Beauzelle, quelques kilomètres de Toulouse, c’est un drive de nouveau jour que nous découvrons.

Comme son nom l’indique, Drive tout nu est un service de drive qui propose jusqu’à 250 références de produits à commander sur le site internet et aller cherche à la sortie avec sa voiture que ce soit des produits alimentaires, cosmétiques ou  encore ménagers et le tout « tout nus », c’est-à-dire qu’ils n’ont aucun emballage.

Pour les fondateurs de Drive tout nu,  Pierre Géraud-Liria et Salomé Géraud, l’aspect « en vrac » permettant zéro déchet est primordial dans un pays comme le France pour lequel le gaspillage alimentaire est très présent et représente l’équivalent de 30kg de déchets par personne chaque année, dont 7kg non consommés et qui ne seraient même pas déballés ! D’autant plus qu’il y a 80% des plastiques que l’on ne sait pas retraiter.

Mais le drive ne s’arrête pas aux emballages, puisque 80% des produits sont issus de circuits courts et 60% d’entre eux sont labellisés bio, le couple favorise des produits locaux et de bonne qualité, et cela semble fonctionner puisque le Drive n’est ouvert que 2 jours par semaine et parvient à traiter 200 à 250 commandes chaque semaine et a déjà embauché 4 personnes à temps plein.

En remplacement des emballages, le drive fourni des contenants qui sont réutilisables à souhait, et pour encourager leur réutilisation, un bon d’achat de 10 centimes est remis pour chaque contenants ramenés à la commande suivante.

Des prix compétitifs

En prime de ne produire aucun déchet, Drive tout nu a l’avantage de proposer des produit 10 à 45% moins cher selon l’Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie (Ademe).

Cela est justement permis par le concept de 0 déchets, le vrac leur permet de supprimer le coût de packaging et annule le coût de la gestion des déchets qui s’élèvent à 17 milliards d’euros en France chaque année.

Le vrac, un marché en expansion

Bien que le vrac reste modeste en comparaison du secteur de la grande distribution, il a tout de même généré 850 millions d’euros pour l’année 2018 à l’aide des 200 épiceries spécialisées réparties en France.

Ce chiffre d’affaires est 8,5 fois plus élevé que ce qu’il était il y a 5 ans ce qui révèle un changement des habitudes qui se met en place petit à petit, il y a d’ailleurs la deuxième édition professionnelle du Salon du vrac qui est organisé le 27 mai à Paris.